Influenza aviaire : recensement des détenteurs de volailles

Une mortalité anormale d’oiseaux sauvages a été observée les 17 et 18 janvier au niveau de la plage de Saint-Pair-sur-Mer.

Dans le cadre de la surveillance renforcée effectuée par le réseau SAGIR (réseau de surveillance des maladies de la faune sauvage), trois cadavres de bécasseaux maubèche ont été prélevés le 18 janvier pour dépistage du virus de l’Influenza aviaire.

Les premiers résultats d’analyse, qui nécessitent d’être complétés, montrent qu’il s’agit d’un virus Influenza.

Le caractère hautement pathogène de ce virus n’est pas confirmé à ce stade.

Compte-tenu du contexte national de circulation de virus Influenza aviaire hautement pathogène chez les oiseaux sauvages, et des nombreux foyers en élevages dans le Sud-Ouest de la France, la Préfecture a décidé de prendre dès ce stade un arrêté préfectoral définissant une zone de contrôle temporaire.

Dans cette zone, d’un rayon de 5 km, les exploitations commerciales de volailles feront l’objet d’une surveillance pour détecter toute apparition de symptômes.

Pour rappel, l’ensemble du territoire national métropolitain est classé en niveau de risque «élevé » au regard de l’influenza aviaire depuis le 17 novembre 2020.

Les mesures suivantes s’appliquent à l’ensemble des départements :

  • claustration ou protection des élevages de volailles par un filet avec réduction des parcours extérieurs pour les animaux ;
  • interdiction de rassemblements d’oiseaux (exemples : concours, foires ou expositions) ;
  • interdiction de faire participer des oiseaux originaires de ces départements à des rassemblements organisés ;
  • interdiction de l’utilisation et du transport d’appelants pour la chasse au gibier d’eau.

Recensement des détenteurs de volailles

Dans le cadre des mesures de prévention, de surveillance et de lutte contre les maladies, il est nécessaire de connaître chaque détenteur d’oiseaux.

Un recensement des détenteurs de volailles (basse-cour) ou autres oiseaux captifs non commerciaux élevés en extérieur est organisé. Il permet de détecter le plus rapidement possible les maladies et de s’assurer qu’elles ne circulent pas.

Pour qui

Les détenteurs non commerciaux de volailles (basse-cour) et autres oiseaux captifs élevés en extérieur.

Comment

Vous devez signaler à votre vétérinaire ou à la Direction départementale en charge de la protection des populations (DDPP/DDCSPP) toute mortalité ou comportement anormal de vos oiseaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire